Formations en ligne sur la VMC double flux

La société Zehnder organise des formations en ligne sur la VMC double-flux.
A priori c’est gratuit, il suffit juste de s’inscrire.

Je ne connais pas du tout la qualité de ces formations, donc si certains les suivent, merci de nous faire un retour via les commentaires (ci-dessous)!
Bien sûr, gardez à l’esprit que Zehnder EST un fabricant de VMC double flux…

S’inscrire aux formations

5 commentaires sur “Formations en ligne sur la VMC double flux

  • Florian NICOLAIS
    15 juin 2020 at 10 h 59 min
    Permalink

    Merci pour le partage.
    Je me suis inscrit sur 3 formations : ComfoAir Q (le 25/06 matin), VMC DF dimensionnement (le 01/07 matin) et VMC DF Installation (le 01/07 après-midi). On verra bien ce que ça donne.
    Et on verra ce qui change par rapport au Mooc sur la qualité de l’air.

  • Florian NICOLAIS
    29 juin 2020 at 17 h 07 min
    Permalink

    Alors retour sur la session sur la ComfoAir Q.
    Cette session est très axée technico-commercial, on déroule la liste des nouveautés et des exclusivités de ce modèle (et tout ce qu’il fait mieux par rapport à la concurrence). C’est technique, agrémenté de schémas, mesures, …
    Je n’ai pas encore reçu le support de présentation, mais je me souviens qu’on a abordé :
    – le bypass progressif : ce n’est pas du tout ou rien, la VMC module la quantité d’air qui passe par l’échangeur et le bypass, ce qui permet en intersaison d’avoir à peu prêt toujours la même température en air insufflé (avis perso : ça me paraît beaucoup de complexité pour un gain assez limité, même si c’est bien sur le papier, je ne sais pas quel est le surcoût apporté par cette fonction sur la machine)
    – la machine s’adapte pour fournir une ventilation constante en fonction des conditions climatiques (vent qui souffle sur la façade, encrassement des filtres) mais également pour avoir un échange de calories optimal (et la capacité volumique de l’air étant fonction de sa température, car l’air chaud est plus dense que l’air froid, alors si l’air extérieur est plus froid, il y aura plus d’air neuf aspiré que d’air vicié aspiré).
    – les modules de communication sont à part (en option) afin de permettre une évolution de la machine avec de nouveaux standards (perso, je n’ai pas été trop convaincu pour l’évolution d’une installation existante, c’est bien par contre si on est revendeur, qu’on en a en stock et qu’on met plusieurs années à les vendre, on peut s’adapter à tout sytème)
    – c’est la 1ère machine à être certifiée PHI pour les climats chauds (en France, ça ne concernera que les abords de la Méditerranée) sur sa capacité de rafraichissement (donc transfert des calories de l’air neuf vers l’air rejeté, afin d’insuffler de l’air plus proche de la température de l’air intérieur). Ils ont vanté notamment l’échangeur de la machine en forme de diamant, qui est plus efficace que les autres échangeurs à contre-courant croisé en losange (mais de combien on ne sait pas, pas de comparaison).
    – le module de préchauffage a une structure en pavage triangulaires qui est plus efficace avec moins de pertes de charges, et un pilotage fin qui permet de s’adapter à la température de l’air extérieur (ce n’est pas du tout ou rien : allumé ou éteint). D’autres machines concurrentes apparemment laisseraient un peu d’humidité arriver dans l’échangeur, puis le préchauffeur se mettrait en marche et monterait la température de l’air autour de 12°C jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’humidité, s’éteint pour économiser de l’électricité, et on recommence, ce qui provoquerait une succession d’effet chaud/froid au niveau de l’échangeur et créerait donc sur ce dernier des chocs thermiques qui diminueraient sa durée de vie (en plus de modifier la température de l’air insufflé qui verrait une variation et ne serait pas rigoureusement la même tout le temps).

    La machine a un gros panel d’options (module pour ajouter des capteurs, capteurs de CO2, d’humidité, connectivité KNX, module de pilotage radio ou filaire, …), elle est échangeable gauche/droite (donc pas besoin de commander la bonne référence), et existe en 3 débits (ce sont les 3 mêmes machines je crois, juste les moteurs sont plus ou moins puissant et le calculateur calibré différemment). Impossible en revanche de la mettre à plat (comme les Paul Novus) sinon on a un problème d’évacuation des condensats.

    Au final on retiendra que c’est une machine très complète, au top de la technologie, mais le prix pique un peu. J’aime bien cette machine, à voir si je pars là dessus, mais ce ne sera pas pour toutes les technologies qu’ils ont présenté.

    Jean-Luc : apparemment, chez Zehnder, ils ont déjà monté des puits canadiens en sortie de VMC, sur l’air insufflé, voir même un double sur l’air neuf aspiré ET l’air insufflé. Donc ça me tente de plus en plus de faire comme l’article que tu m’as transmis et de monter un puits canadien hydraulique sur l’air insufflé.

  • Jean-Luc DELPONT
    30 juin 2020 at 14 h 20 min
    Permalink

    Merci, Florian, pour ce retour très intéressant. Si tu reçois un support de cette présentation, je suis preneur!

    P.S. l’air chaud est … moins dense que l’air froid : heureusement pour nos amis adeptes de la montgolfière! 🙂

    • Florian NICOLAIS
      30 juin 2020 at 18 h 56 min
      Permalink

      Oups oui pardon.
      Je te transmet ça dès que je le reçois … si je le reçois. Bon demain j’en fais 2 : le dimensionnement, et l’installation. Je relancerais pour les présentations mais ils doivent les transmettre normalement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0