Notre maison familiale et chambres d'hôtes en Drôme des Collines

Nous avons beaucoup préparé notre projet en amont avec réalisation de nos propres plans, choix des matériaux de construction, choix de nos artisans locaux. En accord avec eux nous avons réalisé le second œuvre tout en bénéficiant de leurs conseils. La maison a été conçue pour accueillir nos enfants, petit enfants et aussi des hôtes.

P1013608

Quelques photos du projet...

La maison hors d'eau, hors d'air

Le gros œuvre a été réalisé par des professionnels.

Notre maçon est spécialisé dans l’usage du béton cellulaire, il est également charpentier. Le RdC est en béton banché car la maison est semi-enterrée. Les autres étages sont montés en blocs de béton cellulaire de 25 cm y compris mur de refend en 20 cm. La charpente traditionnelle est réalisée avec 5 poutres en lamellé collé et pose de panneaux sandwich. Tuiles plates en terre cuite. Menuiseries en PVC sauf baie en aluminium. Les artisans choisis sont tous des locaux.

Fin de la pose de la laine de bois sur murs extérieurs

Comme nous réalisons tout le second œuvre sauf quelques exceptions, dès que la maison a été hors d’air hors d’eau, nous avons procédé à la pose minutieuse des panneaux de laine de bois de 100 mm sur l’ensemble des murs extérieurs du R+1 et R+2.

Cette isolation en complément du béton cellulaire va nous permettre de chauffer la maison et d’avoir une température correcte pour les travaux.

Nous avons chauffé avec un poêle à bois pendant deux saisons froides. Ce poêle étant notre chauffage d’appoint pour l’avenir.

 

Pose des pieuvres électriques au R+1 et isolation des plafonds

Nous avons choisi de faire poser les rails du plafond au R+1 par un plaquiste car nous avions un grand plafond notamment côté séjour et cuisine.

Dès que les rails ont été en place nous avons disposé la totalité des nos pieuvres électriques après avoir préalablement isolé les plafonds en laine de bois de 40 mm.

Le sol du R+2 va être isolé mais nous avons voulu augmenter l’isolation phonique entre les 2 étages, le R+2 étant destiné à recevoir des chambres d’hôtes.

Pose du placoplâtre sur murs extérieurs et réalisation des cloisons au R+1

Nous avons d’abord posé toutes les plaques de placoplâtre sur ossature métallique, ce qui nous a permis de faire passer nos gaines électriques sans difficulté.

Puis sur le même principe nous avons cloisonné tout l’espace en passant également nos gaines et câbles pour le courant faible.

Toujours dans un souci d’isolation phonique,nous avons isolé chaque cloison avec de la laine de bois de 40 mm.

A deux endroits nous avons opté pour des portes à galandage, mais quel travail !

 

Mise en place de l'assainissement individuel

Nous avons choisi un jeune paysagiste pour faire creuser le trou destiné au système d’assainissement.

Il a réalisé un travail parfait y compris la mise à niveau du fond. Nous avons pu ainsi bénéficier de son matériel et nous avons fait le travail avec lui pour le raccordement et le remblayage.

Nous avons trouvé un fournisseur qui acceptait de travailler en direct avec les particuliers.

Les deux cuves livrées sur le terrain sont passées directement du camion à la fosse le matin. L’après-midi le SPANC nous donnait sa validation.

Les deux fosses sont en béton donc carrossables. Une fosse toutes eaux puis un filtre compact avec du Xylit.

Pose des nourrices et multicouche pour chauffage et sanitaire

Nous avions déjà préalablement fait ce travail au RdC (chaufferie/buanderie) et au R+1 où l’ensemble des nourrices et multicouche étaient en fonction.

Il nous restait à préparer les nourrices du R+2 et à passer le multicouche entre les derniers étages.

Nous avons bénéficié de l’intervention de Bruno Rollet qui avait le matériel adéquat pour les gros diamètres de tuyaux (cintreuse, sertisseuse).

Le RdC et le R+1 étaient déjà raccordés à l’eau du puits (filtres et lampe UV avec deux arrivées d’eau et nourrices distinctes).

Nous voulions de toute façon nous raccorder au réseau d’eau potable pour le R+1 et le R+2.

 

Mise en place du chauffage au sol au R+1 1ère étape

Les cloisons terminées, l’électricité finie et le réseau sanitaire mis en place au R+1 , nous avons attaqué le chauffage au sol au R+1.

Il s’agit d’un système de chauffage au sol mince donc très réactif, de marque autrichienne.

Préalablement nous avons isolé la dalle béton avec des plaques de TMS de 100 mm puis disposé les plaques de Fermacell de 2cm.

Les plaques pleines sont réservées aux emplacements des placards, meubles de cuisine, dressing, poêle à bois… Les autres sont usinées pour recevoir un tuyau multicouche orange.

Une bande de désolidarisation a été posée avant. Les nourrices sont déjà en place.

Mise en place du chauffage au sol au R+1 deuxième étape

Le multicouche orange est mis en place dans les plaques de Fermacell usinées.

Les boucles de 80 mètres maximum sont mises en attente vers la nourrice placée dans un placard.

Il nous reste à passer la pâte faite de sulfate de calcium pour recouvrir le système. La pâte livrée en sacs est mélangée au malaxeur de chantier.

Séchage très rapide donc le recouvrement en carrelage s’est fait rapidement.

Nous avons choisi un carreleur de notre commune pour la pose car la surface était trop importante.

Nous avons posé du stratifié adapté au chauffage au sol dans notre chambre et le bureau.

 

Pose de brises soleil orientables

La maison est conçue pour être bioclimatique.

Les ouvertures sont concentrées au sud d’où un apport de chaleur appréciable en hiver mais aussi de la chaleur l’été !

Le débord de toit au sud est donc beaucoup plus grand (1m) que sur les autres faces.

De fait nous avons beaucoup de lumière l’été au dernier étage mais sans avoir de soleil direct. Par contre les rayons du soleil l’hiver arrivent jusqu’aux fenêtres du dernier étage.

Le béton cellulaire et la laine de bois apportent un excellent déphasage mais il fallait que nous nous protégions du soleil au sud et à l’ouest au R+1 au niveau des menuiseries.

Nous avons donc choisi des BSO à la place des volets pour pouvoir se protéger de la chaleur sans se couper de la lumière et vivre dans l’obscurité.

La pose qui a eu lieu courant de l’été nous a permis de faire la différence.

Voirie et réseaux divers (travaux faits entièrement par nous)

Nous avons choisi de ne réaliser les VRD que lorsque le tableau électrique serait fini.

Également, nous voulions être certains qu’il n’y aurait plus de passage de gros engins. Cependant nous avons réalisé la tranchée au plus court mais surtout le plus possible en dehors des voies d’accès.

A l’aide d’une mini-pelle nous avons creusé suffisamment profond pour mettre en place l’alimentation de l’eau de la ville, puis l’électricité, puis le téléphone.

A chaque fois sur un lit de sable et avec des avertisseurs de couleur.

Nous en avons profité pour alimenter le portail.

Nous avons profité de l’automne car la terre était plus facile à travailler (pas trop sèche, pas trop humide).

Nous avons passé immédiatement nos câbles et nos tuyaux dans les gaines avant de remblayer rapidement. De fait nous étions prêts pour l’arrivée de l’eau de la ville, le compteur définitif, la ligne téléphonique.

0